Logo Domingo Grau

Nouvelles

QUINOA BLANC
Le quinoa pourrait être la clé pour alimenter la population mondiale en hausse. Cette pseudo-céréale peut prospérer dans des environnements les plus durs et grandis bien en terres marginales de mauvaise qualité. Une équipe de scientifiques a séquencé son génome complet et à identifié les gènes que pourraient être manipulés pour changer la façon dont la plante mûrit et produit les aliments. Un groupe de scientifiques, menés par l’université de science et technologie Roi Abdalá d’Arabie Saoudite (KAUST, par ses sigles en anglais), a complété la première séquence de haute qualité du génome, entre eux 20 personnes de 7 groupes d’investigation de KAUST. « Le quinoa fut l’aliment basique qui alimenta les anciennes civilisations andines, cependant sa récolte fut marginée lors de l’arrivée des Espagnols en Amérique du Sud. Récemment elle est renaît comme étant une nouvelle récolte d’intérêt mondial », déclare Mark Tester, de KAUST, directeur de l’équipe du projet. « Cela signifie que le quinoa n’a jamais été apprivoisé complètement ou cultivé en son plein potentiel, bien qu’il proportionne une source plus équilibrée de nutriments, pour les êtres humains, que les céréales », ajoute-t-il. Comme premier pas pour améliorer notre compréhension de comment grandit, murit et produit les graines le quinoa, l’équipe de Tester a décidé de séquencer son génome. Ils ont utilisé une combinaison de techniques, incluant technologies de séquençage de pointe et cartographie génétique, pour combiner des chromosomes complets de C. quinoa. Le génome résultant est la séquence de quinoa de plus haute qualité réussie jusqu’au jour d’aujourd’hui, et est déjà entrain de proportionner informations sur les traits de la plante et les mécanismes de croissance. « Un problème avec le quinoa est que la plante produit, naturellement, des graines de goût amer. Cela se doit à l’accumulation de components chimiques, appelés saponines, dans les graines. Nous avons identifié un des gènes dont nous croyons qu’il contrôle la production de saponines dans le quinoa, ce qui faciliterait la culture  de plantes sans ces components pour faire que les graines aient un goût plus sucré », explique l’enquêteur. Un pseudo céréale avec beaucoup de potentiel. Le séquençage du génome du quinoa n’aide pas seulement les scientifiques à la comprendre, mais aussi de le modifier pour une utilisation commerciale plus étendue. Par exemple, les agriculteurs pourraient utiliser les informations génétiques pour apprendre comment contrôler la taille de la plante pour favoriser le fait qu’elles soient plus courtes et plus compactes, pour qu’elles aient moins de probabilité de tomber. « Nous savons déjà que la famille de la plante de quinoa est incroyablement résistante. Elle peut pousser dans des sols pauvres, salés et en hautes altitudes. C’est réellement une plante très dure. Le quinoa pourrait proportionner une source d’aliments saine et nutritive pour le monde, utilisant terre et eau qui actuellement ne peuvent s’utiliser. Le nouveau génome donne un pas de plus en avant vers cet objectif », concluent les enquêteurs.
QUINOA BLANC